Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 août 2012 5 17 /08 /août /2012 14:29

Jean-Paul Bouchet vit au Haras de Maison du bois à Monnet la ville près de Champagnole dans le Jura.

 

-         Vous avez été pharmacien dans le Haut Doubs puis paysan, alors pourquoi écrivez-vous ?

-         En 2007, à 55 ans, j’ai eu envie de parler des gens que j’ai pu rencontrer au cours de ma vie.  En quelque sorte, laisser une trace… Et c’est ainsi que mon premier roman, le galop de chasse, a vu le jour. Cette première édition a été rapidement épuisée. Devant ce succès, j’ai créé ma propre maison d’édition…

 

Par la suite, Jean Paul Bouchet va, chaque année, publier un ouvrage : La Belle Tille en 2008,  le contre-pied en 2009, le bois de la marquise en 2010 et Beauregard en 2011.

 

-         Y a-t-il des écrivains qui vous ont inspiré ?
- Oui, Louis  Pergaud, Maurice Genevois ou Henri Vincenot.

-         En fait ces auteurs sont profondément marqués par leur attachement à une région, un terroir, en est –il de même pour vous ?

-         Oui, mes romans parlent du terroir, de la Franche-comté.

 

En fait, tous les ingrédients du roman de terroir à intrigue sont réunis : le paysage grandiose, des personnages marqués par leur destin, des secrets de famille, les animaux…

 

-         Votre dernier roman s’intitule Née d’une terre inconnue, pourquoi ce titre ?

-         Je pensais à Née d’une mère inconnue mais c’est impossible. Cécile ne sait rien de sa mère car dans la famille, on se tait, on ne parle pas du passé.
- Cela évoque aussi Née d’un père inconnu ?

-         Oui, Cécile, l’héroïne apprend qu’elle hérite des biens de son père biologique. Un père qu’elle n’a jamais vu et qui soudain se manifeste à travers un testament. Le père mort, Cécile hérite de ses biens dans le Jura.

-         Donc une histoire de famille avec un terrible secret et des problèmes d’héritage ?

-         C’est cela.

 

Pour plus d'infos sur l'auteur :

- son site

 

Partager cet article

Repost 0
Published by salon-du-livre-gellin
commenter cet article

commentaires